Publications Mes publications La reddition en deux temps du régime nazi: les prémices de la Guerre froide?
Samedi, 19 Janvier 2013 10:03

La reddition en deux temps du régime nazi: les prémices de la Guerre froide?

Rédigé par  JL
Notez cet article
(2 votes)

Pourquoi les Français et les Américains fêtent-ils la fin de la Seconde guerre mondiale en Europe le 8 mai (Victory Day in Europe) alors que les Russes la fêtent le 9 mai (День Победы)?

Cela peut être considéré comme la simple conséquence d'un décalage horaire. De fait, l'armée allemande a cessé le combat le 8 mai 1945  à 23h01 pour le fuseau horaire de Berlin, c'est-à-dire le 9 mai à 1h01 pour le fuseau horaire de Moscou.

Mais c'est aussi la manifestation de désaccords qui sont apparus à la fin de la guerre contre le nazisme entre les deux principaux membres de la Grande Alliance. De fait, Staline avait peu apprécié que la reddition de l'armée allemande soit signée à Reims le 7 mai 1945 au quartier général des forces alliées en Europe dont Eisenhower était le général en chef. Certes, l'acte de capitulation sans condition avait bien été signé par un représentant de Staline, le général Sousloparov. Cependant, celui qui se faisait alors appelé le Vojd (le guide en russe) y voyait la volonté de l'état major allemand (Hitler s'était suicidé le 30 avril 1945 après avoir affirmé que l'Allemagne ne méritait pas de lui survivre) de se rendre aux forces occidentales plutôt qu'à l'Armée rouge. C'est pour cette raison qu'une seconde reddition fut organisée dans la nuit du 8 au 9 mai 1945 à Berlin pour permettre de rédiger des actes de capitulation officiellement reconnus par tous les belligérants. Dès cette époque, Staline était soucieux d'éviter que le prestige symbolique de la Victoire contre le nazisme n'échappe à l'Armée rouge. Les prémices de ce qui allait devenir la Guerre froide était donc déjà présentes.

Avec le recul que rend possible aujourd'hui la fin de la Guerre froide, il est permis de souligner la spécificité de l'expérience soviétique dans le cadre du Second conflit mondial. L'Union soviétique est en effet le pays qui a connu le bilan humain le plus catastrophique. Plus de 20 millions de ses citoyens ont sacrifié leur vie afin d'infliger de lourdes pertes à l'armée allemande (85% des pertes militaires ont été subies sur le front de l'Est) et c'est bien l'Armée rouge qui s'est emparée de Berlin le 2 mai 1945 en commettant les crimes de guerre que l'on sait (voir l'article sur Une femme à Berlin). Ce que les Russes continuent a appelé la Grande guerre patriotique a ses spécificités dans le bon comme dans le mauvais sens du terme.

Pour compléter votre réflexion sur le sujet, vous pouvez avoir recours au ressources suivantes:

- Ressources documentaires sur la capitulation de l'Allemagne nazie et la Victoire de 1945 présentées par Jean-Paul Husson.

- Le dossier documentaire proposé par tv5.org sur le sujet.

Dernière modification Samedi, 19 Janvier 2013 12:45

JL

Login to post comments