Publications Mes publications La crise de Cuba (octobre 1962)
Mardi, 27 Septembre 2011 20:40

La crise de Cuba (octobre 1962)

Rédigé par  JL
Notez cet article
(51 votes)

La crise de Cuba constitue un tournant important de la Guerre froide qui oppose Etats-Unis et URSS dans la seconde moitié du XXème siècle. Aussi appelée "crise des missiles", elle a duré du 16 au 28 octobre 1962. Sans le sang froid des dirigeants des deux Grands, le monde aurait pu basculer dans une Troisième guerre mondiale. Pourtant, dès les années 1950, les dirigeants soviétiques et américains étaient conscients qu'un conflit nucléaire déboucherait nécessairement sur une destruction mutuelle assurée.

Pendant plus d'une semaine, le risque d'un conflit ouvert a cependant été réel. L'issue de cette crise a dépendu de la personnalité des différents protagonistes soviétiques, cubains et américains. Parmi eux, le Secrétaire d'Etat à la défense de John F. Kennedy, Robert MacNamara, a joué un rôle central. En refusant de mettre en oeuvre le principe des "représailles massives" élaboré par le Secrétaire d'Etat John Foster Dulles pendant le mandat du président D. Eisenhower, MacNamara a évité le pire. Pour lui, le recours à l'arme nucléaire ne devait s'imposer qu'en dernier recours. Malgré la destruction d'un avion américain U2 par l'artillerie cubaine au coeur de la crise le 27 octobre 1962, les Etats-Unis ont donc préféré suivre la voie des négociations. Ils ont ainsi illustré la stratégie de "riposte graduée" chère à MacNamara. Elle constitue depuis 1962 la doctrine de référence pour les Etats-Unis.

La "crise des missiles", apogée de la Guerre froide, est aussi le point de départ de la Détente. Après avoir trouvé un accord, Soviétiques et Américains décident de mettre en oeuvre des gardes-fous afin qu'une telle situation ne puisse plus se reproduire. Une ligne de "téléphone rouge" est installée entre Moscou et Washington et des négociations sont engagées au sujet de la limitation de l'armement nucléaire qui aboutissent aux accords SALT I (1972) et SALT II (1979). La peur suscitée par cette crise a inspiré de nombreuses réflexions sur le danger atomique. La plus connue est sans doute celle que propose le cinéaste Stanley Kubrick dans son film Docteur Folamour (1964) où il met en scène le dérapage du système de défense américain à cause d'une défaillance humaine.

Sur ce sujet, je vous invite à consulter l'excellent site réalisé par le Mémorial de Caen.

 

 

 

Dernière modification Lundi, 24 Octobre 2011 22:06

JL

Login to post comments