Publications Histoire contemporaine de la France La mémoire de la Première guerre mondiale en France et en Europe occidentale.
Vendredi, 09 Novembre 2012 11:19

La mémoire de la Première guerre mondiale en France et en Europe occidentale.

Rédigé par  JL
Notez cet article
(3 votes)

En 2008, six ans avant le centenaire de la Première guerre mondiale, sont morts les derniers témoins directs du conflit. La mémoire de cette guerre reste cependant d'actualité même si elle n'est pas traitée de manière autonome par les programmes scolaires français comme cela peut être le cas pour la Seconde guerre mondiale et la Guerre d'Algérie.

Quels seront les nouveaux projets mémoriels qu'apportera le centenaire de la Première guerre mondiale en 2014? Certains envisagent déjà une panthéonisation de Maurice Genevoix.

 

Quelques lieux de mémoire:

* La tombe du soldat inconnu installée sous l'Arc de Triomphe le 11 novembre 1920. Une flamme éternelle et sacrée est ajoutée le 11 novembre 1923.

* Le musée In Flanders Fields de Ypres (Belgique). Le nom du musée est tiré du poème écrit par le lieutenant-colonel canadien John McCrae.

* Le cimetière britannique de Tyne Cot. Il s'agit du plus grand cimetière militaire britannique au monde.

* Le monument aux morts pacifiste de Levallois-Perret dont la mémoire est actuellement entretenue grâce aux travaux de Nicolas Offenstadt. Cf. en complément l'article de Wikipedia sur les monuments aux morts pacifistes.

* Le monument de la Tranchée des baïonnettes à Douaumont dans la Meuse.

NB: En fonction des pays, les monuments aux morts peuvent présenter d'importantes différences. Les monuments aux morts britanniques incluent de manière systématique les noms des disparus. Les monuments allemands sont marqués par un plus grand bellicisme que les monuments français.

Quelques Musées:

* Le Mémorial de Verdun en Lorraine à proximité de Metz. Ce musée est le premier grand mémorial de la Première guerre mondiale en France. Il a été inauguré à l'initiative de Maurice Genevoix en 1967.

* L'Historial de Péronne (Somme) qui s'intéresse plus particulièrement à la culture de guerre à l'arrière comme au front. Il a été inauguré en 1992. Lire l'interview de l'historien Stephane Audouin-Rouzeau sur l'histoire de ce musée dans la revue L'Histoire. Ce dernier préside le centre de recherche hébergé par l'Historial. RQ: on trouve aussi à Péronne d'intéressantes maisons en demi-lunes.

* Le musée du Chemin des Dames ou Caverne du dragon ainsi que le site de la commune de Craonne rendu célèbre par la chanson pacifiste publiée en 1919 par le journaliste Paul Vaillant-Couturier. Lieu de mémoire des les années

* Le Musée de la Grande Guerre de Meaux (Seine-et-Marne) inauguré en 2011. Sa construction a été permise par le rassemblement d'objets appartenant à la collection de Jean-Pierre Verney.

Des expositions virtuelles et dossiers pédagogique:

* Le quotidien sur le front de l'Ouest, dossier pédagogique de la BDIC à partir d'une sélection de peintures et de dessins réalisés par des artistes mobilisés.

Evénements:

* La commémoration nationale du 11 novembre. Jour de fête nationale depuis 1922. En février 2012, ce jour est choisi pour commémorer tous les morts pour la France. La Grande Guerre reste donc le modèle de référence de tous les combats ultérieurs de la République.

* La Last Post Association de Ypres (Belgique). Elle est chargée de l'organisation d'une commémoration quotidienne des soldats de l'Empire britannique venus mourir à Ypres.

* Les fameuses classes Genevoix qui existent depuis 1998.

Livres (Témoignages et romans mêlés):

* La Chambre des Officiers (1998), Marc Dugain.

* Les Croix de Bois (1919), Roland Dorgelès.

* A l'Ouest rien de nouveau (1929), Erich-Maria Remarque.

* Paroles de poilus (1998), recueil de lettres parues sous la direction de Jean-pierre Guéno et Yves Laplume.

* Voyage au bout de la Nuit (1932), Louis-Ferdinand Céline.

* Casse-pipe (1934), Louis-Ferdinand Céline.

* L'Equipage (1923), Joseph Kessel.

* Ceux de 14 (1949), Maurice Genevoix (recueil).

* La main coupée (1946), Blaise Cendrars.

* La Peur (1930), Gabriel Chevallier.

* Orages d'acier (1921), Ernst Jünger. Souvent comparé à Ceux de 14 de Genevoix.

N.-B.: La grande majorité des récits de guerre sont marqués par d'importants tabous. Les soldats racontent assez peu les événements les plus traumatisants du combat.

Des films:

* Les sentiers de la gloire, Stanley Kubrick (1987). Film immanquable qui rappelle la vie du soldat fusillé pour l'exemple Jean-Julien Chapelant réhabilité le 11 novembre 2012. Le cas Chapelant, entre les deux guerres, était emblématique de ces soldats tués par les balles françaises, après des simulacres de cours martiales. Téléchargez ci-dessous l'intéressant article du monde à ce sujet.
Histoire et Géographie au    pays  de Voltaire :: PDF File

* La vie et rien d'autre, Bertrand Tavernier (1988).

* Capitaine Conan, Bertrand Tavernier (1996).

* Joyeux Noël, Christian Carion (2005).

Et tant d'autres

N.-B.: La Première guerre mondiale a d'autant plus excité l'imagination des réalisateurs qu'elle n'a pratiquement pas laissé d'images filmés contrairement aux très nombreuses photographies. La Première guerre mondiale ne fut donc pas une guerre sans image.

Des Bandes dessinées:

* C'était la guerre des tranchées (1993) ou Putain de guerre (2008/2009) de Jacques Tardi qui ont été saluées pour leur réalisme même si elles montrent le soldat avant tout comme une victime de la guerre (thématique des fusillés pour l'exemple). Putain de guerre a été réalisé en collaboration avec Jean-Pierre Verney (voir supra).

N.-B: Les BD prennent parfois d'importantes libertés par rapport à la réalité au nom de l'Histotainment. C'est par exemple le cas de la Ligne de front (2004) de Manu Larcenet.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière modification Samedi, 05 Janvier 2013 09:47

JL

Login to post comments