Langues & Civilisations Le Monde russe Les guerres de Tchétchénie.
Dimanche, 02 Janvier 2011 21:18

Les guerres de Tchétchénie.

Rédigé par  JL
Notez cet article
(4 votes)

La présence de la Russie dans la région du Nord-Caucase où se trouve la Tchétchénie remonte au XVIIème siècle mais se renforce au début du XIXème à la suite de la guerre contre la Perse et l'Empire Ottoman (1805-1829). On peut parler au sujet de cet espace d'un véritable projet colonial russe parallèle à celui que la France mène à la même époque en Algérie. L'histoire de ce territoire  est marquée pour cette raison par la violence, les tensions ethniques et le racisme (voir cet article). Les deux guerres de Tchétchénie de la fin du XXème siècle ne dérogent pas à cette règle. Certains géographes russes comme Guennadi Drach interprètent ces guerres comme la manifestation en Russie du "choc des civilisations" mis à l'honneur par l'intellectuel américain Samuel Huntington. En réalité, il semble que les tensions ethniques soient beaucoup plus complexes au sein de ce territoire et que le fondamentalisme musulman ne soit qu'un des nombreux facteurs explicatifs.

L'histoire du premier conflit remonte à la dislocation de l'ancienne Union soviétique durant l'année 1991. La Tchétchénie déclare son indépendance à l'égard de la République socialiste fédérale soviétique de Russie et se constitue en Etat autonome par rapport à l'Ingouchie voisine à partir de 1992. Le pouvoir passe alors aux mains du général soviétique Djokhar Doudaïev. Ce nouvel état de fait a pour conséquence l'expulsion des minorités non-tchétchènes par les séparatistes dans le cadre d'un conflit aux allures de guerre civile. La Russie se contente dans un premier temps de soutenir militairement les opposants au général Doudaïev. Mais la Tchétchénie conserve son indépendance dans les faits de 1991 à 1994. C'est à cette date que le président russe Boris Eltsine décide de lancer une offensive militaire dans le Caucase (C'est la plus grande opération militaire russe depuis la guerre d'Afghanistan entre 1979 et 1989). En août 1996, les forces rebelles tchétchènes sont encerclées dans la capitale Grozny par plusieurs milliers de soldats russes. Un accord de paix est négocié dans le même temps à Khasaviourt au Daghestan entre le général russe Liebed et le premier ministre et futur président tchétchène Aslan Maskhadov. D'après cet accord, les troupes russes évacuent le territoire et la discussion sur le statut de ce qui est alors appelé la République islamique d'Itchkérie est repoussée à 2001. Des tensions existent cependant au sein de la société tchétchène entre le gouvernement et des mouvements islamistes plus radicaux emmenés par le leader Chamil Bassaiev.

En 1999, ce sont des attentats attribués à ces radicaux ainsi que leurs incursions dans le Daghestan voisin (Etat stratégique pour le contrôle du pétrole en provenance d'Azebaïdjan comme le montre la carte ci-contre) qui provoquent la seconde guerre de Tchétchénie. Le premier ministre russe de l'époque Vladimir Poutine envoie les troupes russes en Tchétchénie dans le but officiel de rétablir la sécurité. Les conflits furent plus difficiles dans les plaines du Nord du Terek que dans les montagnes au Sud. Après des bombardements intensifs, la capitale Grozny tombe à la suite d'un siège de décembre 1999 à février 2000. C'est alors la fin des batailles rangées mais le conflit se poursuit sous la forme d'une "sale guerre" (Anna Politovskaïa). Les principales attaques terroristes perpétrées à l'extérieur de la Tchétchénie, comme la prise d'otages de Beslan (Ossétie du Nord), en septembre 2004, le raid d'octobre 2005 sur la ville de Naltchik et les attentats de Moscou ont été les signes les plus visibles d'un conflit ininterrompu.

Les guerres de Tchétchénie ont donné des arguments forts aux partisans d'une démocratie limitée et d'un Etat autoritaire centralisé en Russie et leurs conséquences restent importantes aujourd'hui dans le paysage politique russe.

Dernière modification Dimanche, 02 Janvier 2011 21:35

JL

Login to post comments