La commune de Ferney Histoire de Ferney Les communes françaises de l'agglomération franco-valdo-genevoise: une histoire fragmentée?
Samedi, 13 Février 2010 18:08

Les communes françaises de l'agglomération franco-valdo-genevoise: une histoire fragmentée?

Rédigé par  Monsieur Kastler
Notez cet article
(0 votes)

On admet en règle générale facilement que la frontière qui sépare le territoire français du territoire suisse est déterminante pour comprendre l'histoire respective des espaces situés de chaque côté de la frontière. On souligne moins souvent que la frontière qui sépare le département de l'Ain de celui de la Haute-Savoie est tout aussi déterminante. En effet, l'histoire du pays de Gex auquel appartient Ferney diffère de celle de la région d'Annemasse malgré d'importants points communs.

Le pays de Gex de même que les provinces de Bresse et de Bugey sont rattachés à la France en 1601 par le Traité de Lyon entre le roi de France Henri IV et le Duc de Savoie Charles-Emmanuel. C'est la première fois que le territoire français et celui de Genève ont une frontière commune. Il est possible de considérer ce traité comme une conséquence tardive des guerres d'Italie menées par la France au XVIème siècle. C'est du moins ce que sous-entend la page du site du ministère de la culture consacrée à l'anniversaire du Traité de Lyon (2001). Le rattachement du pays de Gex à la France fut confirmé lors du traité de 1749 qui fixait de manière rigoureuse les frontières entre le royaume de France et la République de Genève. Ce pays fut intégré au département de l'Ain lors de sa création en 1790. Il en est provisoirement séparé entre 1798 et 1814 pour être rattaché au département du Léman dont le chef-lieu est  alors Genève. En novembre 1815, les communes de Versoix, Collex-Bossy, Pregny, Grand-Saconnex, Meyrin et Vernier sont rattachées au territoire de Genève par le second traité de Paris. Dans le même temps, on observe la création de zones franches  tout autour de Genève. Elles lient étroitement le destin du pays de Gex à celui de Genève dans le cadre d'une relation d'interdépendance  économique forte. Pour autant, les relations entre l'espace enclavé du pays de Gex et le reste du territoire français ne disparaissent pas entièrement au XIXème siècle comme le montre la construction en 1899 d'une ligne de chemin de fer reliant Gex à Lyon en passant par Bellegarde qui ne cesse de fonctionner pour les voyageurs qu'en 1980 (sur l'organisation des chemins de fer dans la région on pourra se référer à la page suivante qui propose une carte relativement fiable). Les conflits entre la France et la Suisse au sujet des droits de douane se maintiennent au moins jusqu'au compromis de 1933. Cela n'empêche pas l'existence d'une coopération internationale dans le domaine de l'aménagement du territoire et plus particulièrement en ce qui concerne la question des transports (création d'une ligne de tramway en 1889 entre Genève et Gex qui cesse de fonctionner dès les années 1930).

Les relations entre Genève et la région d'Annemasse suivent quant à elle une chronologie différente malgré certains points communs. La Savoie est rattachée à la France par le Traité de Turin du 24 mars 1860. Ce traité est le produit de négociations entre l'empereur français Napoléon III et le chef du gouvernement du royaume de Sardaigne Camillo Cavour. La France accepte de soutenir le royaume de Piémont-Sardaigne dans sa politique d'unification du royaume d'Italie moyennant deux conditions: le pape doit rester maître de Rome et  la France doit recevoir le Duché de Savoie et le comté de Nice. Ce traité est plébiscité par les habitants de la Savoie le 22 avril 1860 dans le cadre des règles relatives au suffrage en France. Les femmes ne participent donc pas au vote. Le rattachement qualifié d'annexion par le traité est accompagné de la création d'une grande zone franche unissant le territoire situé au nord d'une ligne passant par Saint Genix-sur-Guiers, Le Châtelard, Faverges et Les Contamines-Montjoie à la Suisse. En effet, une partie des habitants du Nord du Duché de Savoie demandait un rattachement à la Suisse. Cette grande zone franche est supprimée en 1923 à la suite de la Première guerre mondiale. Annemasse ne fait alors plus partie (pour le pire comme pour le meilleur) de la zone franche  unissant une partie du territoire français à la Suisse même si les interdépendances économiques avec la ville de Genève se maintiennent. Comme le souligne le site de la commune, "les Genevois, de leur côté, ne veulent pas perdre le marché de la Savoie proche et installent à Annemasse usines et commerces".

Cette courte histoire fragmentée des communes françaises de l'agglomération franco-valdo-genevoise explique en partie les lois qui régissent actuellement le territoire de l'agglomération. Ainsi, la zone franche s'est en partie maintenue même si son découpage a énormément évolué au cours du temps (cf. carte servant d'illustration à l'article tirée du site d'Alain Cerri). Elle joue encore un rôle dans la vie quotidienne des habitants de l'agglomération franco-valdo-genevoise comme le montre cet article tiré de la Tribune de Genève (2005).

Mais cette courte présentation montre aussi à quel point les interdépendances économiques entre Genève et sa banlieue française relèvent d'une indéniable continuité historique (certains territoires ne semblent pas intégrés à cet ensemble économiquement dynamique; c'est par exemple le cas de la commune de Bellegarde dont l'histoire économique et la géographie correspondent à des logiques qui lui sont propres). Loin d'être remises en cause par l'intégration de ces espaces au territoire français, elles se sont maintenues et même renforcées à travers le temps. Elles servent aujourd'hui de support à la construction d'un projet d'agglomération transnationale. Cette construction ne peut pas se passer d'une réflexion sur la place respective de Genève et de sa banlieue et sur la nécessaire péréquation à mettre en oeuvre dans le cadre de l'agglomération.

 

Sitographie: Il existe de nombreux sites donnant des informations intéressantes sur l'histoire des communes françaises de l'agglomération franco-valdo-genevoise. On peut par exemple citer la chronologie historique du pays de Gex proposée par le site Sabaudia.org (site de l'Assemblée des pays de Savoie) ou encore la bibliographie proposée par la société d'histoire régionale La Salévienne sur la question des zones franches. Le contenu de ces sites ne peut cependant en aucun cas être cautionné  dans son ensemble par l'auteur de cet article. Il est à ce sujet judicieux de rappeler que l'écriture de l'histoire tant locale que nationale est toujours une question d'interprétation et que les divergences à ce sujet sont d'autant plus tolérables qu'elles restent en accord avec les principes fondamentaux de la République.

Dernière modification Jeudi, 21 Octobre 2010 18:35
Login to post comments