Internet: une nouvelle relation aux sources de l'information Gallica: La bibliothèque numérique de la BNF.
Mercredi, 22 Décembre 2010 16:57

Gallica: La bibliothèque numérique de la BNF.

Rédigé par  JL
Notez cet article
(2 votes)

Même si les premières numérisations de la BNF datent de 1992, le projet Gallica n'a été lancé qu'en 1997. Il s'agit pour la BNF de rendre accessible sur le net "la bibliothèque virtuelle de l'honnête homme". Des ouvrages et des périodiques sont alors numérisés dans le respect du droit d'auteur. D'abord accessibles en mode image puis progressivement en mode texte, les numérisations de Gallica sont de plus en plus nombreuses. Elles ont dépassé le million de documents en février 2010.

Depuis 2000, la nouvelle version de Gallica (Gallica2) permet une plus grande personnalisation de l'interface. D'autre part, sous la présidence de Jean-Noël Jeanneney (2002-2007), la BNF tente de répondre au défi lancé par Google avec ses propres moyens. En effet, en décembre 2004, l'entreprise américaine Google fondée par Sergey Brin et Larry Page avait annoncé depuis son siège de Mountain view en Californie un plan de numérisation sur six ans d'une quinzaine de millions de livres imprimés (projet Google Livres). J.-N. Jeanneney décide alors de lancer Gallica dans une opération concurrente de "numérisation de masse". L'enjeu est double. Il s'agit de refuser le monopole économique de Google dans un domaine stratégique mais aussi de permettre à l'Europe et à la France de contrôler les critères d'accessibilité, de hiérarchisation et de qualité en ce qui concerne la numérisation de leur patrimoine. Comme il l'explique dans son livre programme Quand Google défie l'Europe (2005), il s'agit plus généralement de refuser une mondialisation culturelle uniformisante sur le modèle anglo-saxon. En effet, la BNF refuse la clause d'exclusivité qui ferait de Google le seul moteur de recherche associé à la numérisation de sa collection. C'est finalement l'entreprise franco-européenne SAFIG installée à Chartres qui décroche le contrat, proposé par la BNF, de numérisation de 100 000 ouvrages par an sur trois ans.

Dans le même temps, la Bibliothèque nationale de France soutient activement le projet de Bibliothèque numérique européenne Europeana lancé par la Commission européenne en novembre 2008. Il s'agit de défendre et de diffuser le patrimoine culturelle européen dans sa diversité. Le site nécessite pour sa consultation d'être enregistré.

Comme le montrent les polémiques de l'année 2009 liées au coût de la numérisation des ouvrages, Google ne semble pas parvenu à imposer sa loi à la BNF ou à Europeana. Malgré tout, certaines bibliothèques européennes ont été séduites par ses sirènes comme la Bibliothèque municipale de Lyon dirigée au moment du contrat avec Google de 2009 par Patrick Bazin.

Dernière modification Mercredi, 22 Décembre 2010 20:58

JL

Login to post comments