JL

Atlas-historique.net a pour ambition d'offrir aux internautes francophones des repères utiles à la compréhension de l'histoire du monde contemporain (de 1815 à nos jours) et de la situation géopolitique du monde actuel à travers un médium particulier, situé entre l'image et le texte ; la cartographie. Atlas-historique.net c'est tout d'abord, avoir d'ores et déjà accès (même si ce site est actuellement encore en cours de construction) à plus de 155 cartes sur l'histoire mondiale contemporaine.

Pour toute réutilisation d'éléments tirés de ce site dans le cadre d'exposés veuillez consulter la mention légale.

Les mercredis de l’histoire proposent une approche critique des événements et épisodes de l’histoire européenne et internationale. Ils reprennent de sujets tombés en désuétude ou traitent ceux que la recherche a récemment découverts. Le site de l'émission est hébergé par ARTE HISTOIRE, le magazine web d'Arte dédié l'histoire.

Emission radiophonique créée en septembre 1999,  la Fabrique de l’Histoire fête ses dix ans cette année.  Née pour explorer chaque semaine les rapports tendus entre Histoire et mémoire, elle a depuis cinq ans poursuivi quotidiennement son travail en insistant sur les usages politiques et sociaux du passé. Cette émission est disponible par internet et téléchargeable sous forme de podcasts. Une manière d'approfondir sa culture générale...

La crise de Cuba constitue un tournant important de la Guerre froide qui oppose Etats-Unis et URSS dans la seconde moitié du XXème siècle. Aussi appelée "crise des missiles", elle a duré du 16 au 28 octobre 1962. Sans le sang froid des dirigeants des deux Grands, le monde aurait pu basculer dans une Troisième guerre mondiale. Pourtant, dès les années 1950, les dirigeants soviétiques et américains étaient conscients qu'un conflit nucléaire déboucherait nécessairement sur une destruction mutuelle assurée.

Pendant plus d'une semaine, le risque d'un conflit ouvert a cependant été réel. L'issue de cette crise a dépendu de la personnalité des différents protagonistes soviétiques, cubains et américains. Parmi eux, le Secrétaire d'Etat à la défense de John F. Kennedy, Robert MacNamara, a joué un rôle central. En refusant de mettre en oeuvre le principe des "représailles massives" élaboré par le Secrétaire d'Etat John Foster Dulles pendant le mandat du président D. Eisenhower, MacNamara a évité le pire. Pour lui, le recours à l'arme nucléaire ne devait s'imposer qu'en dernier recours. Malgré la destruction d'un avion américain U2 par l'artillerie cubaine au coeur de la crise le 27 octobre 1962, les Etats-Unis ont donc préféré suivre la voie des négociations. Ils ont ainsi illustré la stratégie de "riposte graduée" chère à MacNamara. Elle constitue depuis 1962 la doctrine de référence pour les Etats-Unis.

La "crise des missiles", apogée de la Guerre froide, est aussi le point de départ de la Détente. Après avoir trouvé un accord, Soviétiques et Américains décident de mettre en oeuvre des gardes-fous afin qu'une telle situation ne puisse plus se reproduire. Une ligne de "téléphone rouge" est installée entre Moscou et Washington et des négociations sont engagées au sujet de la limitation de l'armement nucléaire qui aboutissent aux accords SALT I (1972) et SALT II (1979). La peur suscitée par cette crise a inspiré de nombreuses réflexions sur le danger atomique. La plus connue est sans doute celle que propose le cinéaste Stanley Kubrick dans son film Docteur Folamour (1964) où il met en scène le dérapage du système de défense américain à cause d'une défaillance humaine.

Sur ce sujet, je vous invite à consulter l'excellent site réalisé par le Mémorial de Caen.

 

 

 

La DDHC est une déclaration des droits adoptée dans le contexte de l'été 1789. (26 août 1789). Elle est donc étroitement liée à la période révolutionnaire. Cependant, on oublie trop souvent que sa valeur légale et même constitutionnelle est reconnue par le préambule de la constitution de 1958 comme elle l'était déjà par le préambule de la constitution de 1946. Depuis 1971, le préambule de 1958 est par ailleurs reconnu comme ayant la même valeur juridique que le reste de la consitution. On dit que le préambule a été intégré au "bloc de consitutionnalité".

Chacun de ces deux préambules garantit ou reconnaît de manière explicite de nouveaux droits qui n'avaient jusqu'ici pas été appliqués de manière concrête. Ainsi, l'article 3 préambule de 1946 reconnaît l'égalité de droit entre hommes et femmes. Il intègre en quelques sortes les critiques féministes faites à la DDHC dès 1791. En effet, c'est avec la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges que commence la lutte des femmes pour l'égalité des droits dans le cadre du libéralisme politique (voir sur ce sujet le dossier de l'Assemblée nationale). Il est possible de penser que cette femme n'a pas en France la reconnaissance qu'elle mérite car elle ne repose pas au Panthéon contrairement à de nombreux grands hommes (la seule femme a reposé au Panthéon est Marie Curie depuis 1995).
Il existe encore aujourd'hui dans la société française contemporaine des situations qui bafouent la dignité humaine. Cela pose le problème de la capacité de l'Etat à faire appliquer concrêtement les droits de l'homme dans une société complexe. Cela pose aussi la question du consentement individuel ou collectif à des situations d'injustice. Les droits se défendent autant qu'ils se conservent.
Remarque concernant l'image: Tableau conservé au Musée de la ville de Paris réalisé postérieurement à la Déclaration, probablement en 1791 ou 1792. Le décor, notamment les fers brisés, le triangle maçonnique de l'égalité, la pique et le bonnet phrygien, est caractéristique d'une phase (commentaire tiré du site de la présidence de la République).


L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) est née de la Guerre froide. Le Traité de Washington du 4 avril 1949 crée une l'Alliance atlantique. Il s'agit d'une coalition militaire de type classique entre douze pays conformément aux dispositions concernant les coalitions militaires de la Charte des nations unies (article 51). C'est le déclenchement de la guerre de Corée qui est à l'origine de la création d'une organisation militaire permanente dans le cadre de cette alliance: l'OTAN. La France est alors membre fondateur de cette organisation.

Cependant, le Général de Gaulle décide en 1966 de faire sortir la France de l'OTAN tout en la maintenant dans l'Alliance atlantique. L'objectif est de garantir la souveraineté française et de garder une certaine autonomie à l'égard des Etats-Unis. La France qui vient de faire exploser sa première bombe atomique dans le Sahara (1963) se pense alors comme une grande puissance.

La France a réintégré en mars 2009 le commandement militaire de l'OTAN. C'est la conséquence d'une lente évolution des relations de la France avec l'OTAN depuis la fin de la Guerre froide et les opérations en Ex-Yougoslavie. Cette réintégration pendant la présidence de Nicolas Sarkozy exprime un rapprochement des intérêts stratégiques entre la France et les Etats-Unis et a pu être critiqué par certains intellectuels français comme Emmanuel Todd pour cette raison. On notera que cette hostilité à la réintégration de la France dans l'OTAN est en grande partie due à l'hostilité au néo-conservatisme américain incarné par Georges Bush. L'arrivée d'Obama au pouvoir aux Etats-Unis en janvier 2009 change-t-elle la donne de ce point de vue?

source: http://www.aleph99.info/spip.php?page=recherche&recherche=t%E9l%E9vision

Vous trouverez ci-dessus un extrait de la conférence donnée par le diplomate Stéphane Hessel le 14 mars 2011 en présence des élèves du Lycée international de Ferney-Voltaire.

11
Page 11 sur 19