Histoire des techniques Histoire des chemins de fer des origines à nos (en cours de rédaction)
Mardi, 13 Novembre 2012 17:51

Histoire des chemins de fer des origines à nos (en cours de rédaction)

Rédigé par  JL
Notez cet article
(0 votes)

La locomotive est une application immédiate du procédé de la machine à vapeur aux transports terrestres. Si l'utilisation de voitures à vapeur ne semble pas rentable aux débuts du XIXème siècle, il n'en est pas de même pour la locomotive à vapeur. La première d'entre elles est due au britannique Richard Trevithick en 1802: la locomotive de Coalbrookdale. Elle est cependant trop lourde et tend à briser les railles qui la supporte comme les autres locomotives fabriquées par cet ingénieur. Il faut attendre la Puffing Billy de William Hedley en 1813 pour que ce problème soit résolu grâce une meilleure répartition de la charge. Cependant, ces premières locomotives à vapeur sont consacrés au transport de pondéreux, plus particulièrement de charbon. Elles compensent dans ce cas leur lenteur par leur puissance.

Il faut attendre l'ingénieur britannique George Stephenson pour que la technique fasse un bond en avant décisif dans ce domaine grâce à sa Rocket produite pour la première fois en 1829 dans l'usine de Newcastle. En effet, cette locomotive est capable de dépasser la vitesse moyenne d'un cheval au galop (30 km/h) tout en transportant une voiture de 30 voyageurs. Elle est donc très supérieure à la première locomotive française créée la même année par Marc Seguin auquel Stephenson avait pourtant emprunté le principe de la "Chaudière tubulaire". Elle permet pour cette raison d'ouvrir la première ligne de voyageurs rentable entre Liverpool et Manchester en 1830. Son service est bien plus efficace que celui rendu par la ligne ouverte entre Lyon et Saint Etienne en 1831. Le mythe du cheval d'acier est né.

L'avancée technologique de la Grande-Bretagne dans ce nouveau secteur de l'industrie est immense. La France tente de résister en produisant ses propres locomotives. La première à pouvoir rivaliser avec les anglaises est la Saint-Pierre produite en 1844. Elle n'atteint cependant que 60 km/h quand la locomotive Thomas Crampton parvient à franchir la barre des 120 km/h dès 1846. C'est donc l'industrie britannique qui domine dans ce secteur jusqu'à la fin du XIXème. De fait, les locomotives britanniques sont exportés dans toute l'Europe. Ainsi, la première ligne de chemin de fer allemande en Nuremberg...

 

 

 

 

 

 

Dernière modification Mardi, 13 Novembre 2012 21:23

JL

Login to post comments