Histoire des techniques Histoire de la marine marchande à l'âge de la motorisation.
Dimanche, 11 Novembre 2012 09:17

Histoire de la marine marchande à l'âge de la motorisation.

Rédigé par  JL
Notez cet article
(2 votes)

C'est le Lyonnais Claude François Jouffroy d'Albans qui imagina le premier bateau à vapeur à roues à aubes baptisé Pyroscaphe (46 mètres de long) en 1783. L'Américain Robert Fulton de passage en France s'inspira de ce premier essai pour créer son premier bateau à vapeur à Paris sur la Seine en 1803: Le Clermont. Cependant, ce nouveau moyen de transport n'attire pas l'attention du Directoire puis de l'Empire malgré les évidentes applications civiles et militaires qui pourraient en être faites. La défaite de Trafalgar (1805) n'encouragea de fait pas l'intérêt des Français pour les questions maritimes.

C'est donc aux Etats-Unis que Robert Fulton ouvre la première ligne commerciale à vapeur régulière entre New York et Albany en traversant l'Hudson. C'est d'abord sur les fleuves que circulent les premiers bateaux à vapeur. Le premier transatlantique construit aux Etats-Unis est le Savannah en 1819. Il est lent et dangereux et ne joue qu'un faible rôle historique dans le développement du transport transocéanique.

En France, le premier bateau à vapeur commercial est construit en 1818. Il circule sur la Garonne et porte son nom. Cependant, la navigation fluviale implique d'importantes contraintes (problème de tirant d'eau et de gabarit) et rencontre la concurrence directe du train plus sûr et surtout plus rapide. Le transport fluvial motorisé en France après un véritable âge d'or dans les années 1840 connaît donc un rapide déclin en ce qui concerne le transport de passager avec le développement des lignes de chemin de fer (cf. l'exemple de la Loire).

Cependant, le déclin du transport fluvial de passagers à partir de la fin des années 1840 n'engendre pas une disparition du transport motorisé par bateau. C'est en effet à la même époque que la navigation motorisée connait d'importants progrès et se diversifie en partie sous l'impulsion de la superpuissance de l'époque: la Grande Bretagne. C'est en 1843 que le britannique Isambard K. Brunel fait construire le premier paquebot transatlantique doté d'une hélice axiale et d'une coque de fer: Le Great Britain. En 1852 est construit le premier vraquier à vapeur pour transporter le charbon écossais jusqu'à la Tamise: le John Bowes. Le premier navire intégrant un système de réfrigération est le Frigorifique en 1876. Il permet entre autres d'importer de la viande d'Amérique du Sud par-delà l'Atlantique en direction de la Grande Bretagne. Enfin, le premier pétrolier moderne est construit en 1886: le Gluckhauf. Le reste du transport de marchandises se fait grâce à de grands voiliers en fer héritiers des clippers qui connaissent un véritable âge d'or dans les années 1870 et doivent alors être capables de doubler la Cap Horn en suivant la route des Indes. Avec le développement de cargos classiques dont la propulsion repose uniquement sur la vapeur, la distinction entre navires de passagers et navires de charge s'opère définitivement à la fin du XIXème siècle.

Durant la première moitié du XXème siècle, la taille des navires transcontinentaux ne cesse d'augmenter ainsi que leur vitesse. Les dimensions du Canal de Suez (1859-1869) et du Canal de Panama (1880-1914) ne sont pas encore perçues comme des contraintes mais comme un moyen d'acheminer encore plus rapidement des marchandises et des personnes d'un bout à l'autre de la planète. Dans les années 1910, Anglais et Allemands rivalisent pour conserver le record de vitesse sur les mers et obtenir le Ruban bleu. C'est la preuve que le Royaume-Uni n'est plus seul dans ce domaine dont elle a pourtant fait le coeur de sa puissance tant économique que militaire: c'est la fameuse bluewater strategy. Le transport maritime de marchandises et de passagers est essentiel durant cette période. Il est d'ailleurs un enjeu majeur pendant les deux guerres mondiales. C'est à la suite de l'attaque de trois cargos et d'un paquebot britannique transportant des passagers américains, le Lusitania, que les Etats-Unis entrèrent en guerre en 1917. C'est en produisant de nombreux Liberty ships et en les louant à la Grande-Bretagne que les Etats-Unis parviennent à assurer son ravitaillement dans le cadre de la guerre contre l'Allemagne nazie. Le transport maritime de passager reste très important durant la période. De nombreuses histoires de réfugiés ou de populations déplacées des années 1940 font intervenir des navires: ainsi du Capitaine-Paul-Lemerle en 1941 ou de L'Exodus en 1947.

La seconde moitié du XXème siècle est marquée par le déclin du transport de passager au profit de l'aviation et à l'exception du tourisme ou sport nautique qui se développe de façon importante dans les années 1950 (voir sur ce sujet la succes story française de l'entreprise familiale Edel). Le dernier grand transatlantique construit par la France est Le France mis en service en 1962. Le transport de marchandises quant à lui se modernise. C'est ce qu'on appelle la révolution du conteneur qui commence dans les années 1960. La taille normalisée du conteneur depuis 1967 permet un transbordement plus rapide et efficace. Il représente aujourd'hui 90 % du transport de marchandises. L'utilisation de conteneurs a nécessité l'invention de nouvelles infrastructures, les terminaux de conteneurs, et de nouveaux navires, les porte-conteneurs. Les premiers porte-conteneurs français ont été fabriqués en 1973. Ils portaient le nom de Kangourou et Korrigan.

Les moyens techniques des arsenaux d'aujourd'hui permettent de construire des bateaux de taille gigantesque. Le problème principal est de se conformer à la taille imposée par le Canal de Panama (Panamax) plus petite que celle imposée par le canal de Suez (Suezmax). Ces contraintes restent déterminantes avant que ne soit définitivement libéré un hypothétique passage du Nord-Est. Pour l'instant, la Russie rend obligatoire pour tout bateau l'accompagnement par un brise glace nucléaire russe lors de l'utilisation de ce passage. Les prix restent prohibitifs. Mais qu'en sera-t-il demain avec le réchauffement climatique ?

Dernière modification Vendredi, 28 Décembre 2012 19:13

JL

Login to post comments