Samedi, 10 Novembre 2012 15:00

Histoire de l'aviation civile française: du premier vol à la révolution de l'avion à réaction.

Rédigé par  JL
Notez cet article
(7 votes)

L'histoire de l'aviation débute à la fin du XIXème siècle dans le monde industriel. La France tient une place très importante dans cette aventure moderne fascinante. C'est Clément Ader qui utilise pour la première fois le mot avion afin de qualifier un objet volant motorisé construit grâce à des fonds militaires. Pourtant, l'objet ressemblait davantage à une chauve-souris qu'à un avion et l'existence d'un premier vol en 1890 sur 20 à 50 mètres reste aujourd'hui controversée. En réalité, le premier vol d'un avion dont on puisse avoir un témoignage certain a été réalisé par deux américains, les frères Wright, en Caroline du Nord en 1903. Il s'agissait d'un biplan.

L'aviation française se développe néanmoins dès la fin du XIXème siècle grâce à des acteurs souvent très proches de l'industrie automobile qui fournit les moteurs des avions. Les premiers avions français furent réalisés par une association entre les industriels Voisin et l'ingénieur Louis Blériot. C'est ainsi que naquit la première entreprise d'aviation française en 1906: la société Voisin installée à Billancourt. C'est avec un avion Voisin que le franco-britannique Henry Farman réalise le premier vol interville entre Bouy et Reims le 30 octobre 1908. Cependant, la brouille entre Gabriel Voisin et Louis Blériot en 1907 aboutit à la création de l'entreprise d'aviation de Blériot à Neuilly. C'est dans cette usine qu'est créé le Blériot XI avec lequel Louis Blériot effectue la première traversée de la manche le 25 juillet 1909. Le secteur de l'aéronautique continue à progresser en France dans les années 1910 avec la création de l'entreprise Morane-Saulnier qui conçoit l'avion qui permet à Roland Garros d'effectuer la première traversée de la Méditerranée le 23 septembre 1913.

Cependant, c'est durant la Première guerre mondiale que l'industrie aéronautique française connait un véritable décollage grâce aux commandes de l'armée. C'est en vendant certaines de leurs créations à l'armée française pendant ces années de guerre que les frères Farman parviennent à créer en 1919 une société aéronautique qui fabriquent les premiers avions de ligne commerciaux d'Europe. Il s'agit souvent d'avions militaires (bombardiers) réaménagés pour le transport civil: le nombre de places y était faible. Le progrès technique permet la poursuite de la conquête des cieux. C'est le 8 février 1919 qu'est réalisé le premier vol commercial reliant Paris à Londres grâce à un Farman Goliath. En 1927 est réalisée la première liaison Paris-New York par l'aviateur américain Charles Lindbergh (33 heures) mais aussi le premier vol entre Toulouse et Saint-Louis du Sénégal. En 1933, la première liaison entre Paris et Buenos Aires est réalisée par le célèbre aviateur Jean Mermoz. Ces vols intercontinentaux sont effectués par des pionniers de l'aviation ou des passagers exceptionnels et ne correspondent que très rarement à l'existence de lignes régulières. Le transport intercontinental de passager est encore en grande majorité réalisé grâce aux bateaux. Cela n'empêche pas l'aviation civile de se développer afin de permettre entre autres un acheminement plus rapide du courrier: c'est l'épopée de l'Aéropostale. En 1933, les principales compagnies aériennes privées sont fusionnées au sein d'une même société anonyme baptisée Air France dont l'Etat possède 25% du Capital. L'objectif est alors de développer l'aviation civile française perçue comme un secteur stratégique. De fait, la France commence à prendre du retard dans le domaine de l'aviation tant du point de vue civil que militaire. Cela explique en grande partie la nationalisation de l'industrie aéronautique par le Front populaire en 1936 et son transfert à Toulouse loin de la frontière allemande. Cela n'empêche pas le retard face à l'Allemagne de croître et les pilotes français ont un réel sentiment d'impuissance en 1940 face à la supériorité allemande dans ce domaine (voir les mémoires de Saint-Exupéry).

La Seconde guerre mondiale ne dope pas l'industrie aéronautique française. Elle contribue au contraire à son effondrement à la suite de l'Occupation. En 1945, le secteur aéronautique est ruinée. L'Etat s'engage donc dans un grand programme de reconstruction volontariste. Air France est nationalisée et l'industrie aéronautique civile est encouragée à se regrouper pour faire face à la concurrence étrangère et plus particulièrement américaine dans un contexte de très fort développement du transport transcontinental. De fait, les premiers vols réguliers entre Paris et New York proposés par la compagnie Air France sont réalisés grâce des avions Constellation de fabrication américaine (16 heures). L'industrie aéronautique française doit faire face au développement d'avions à réaction dans le secteur civil par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Le premier avion à réaction est en effet britannique: le De Havilland Comet (1952) qui est capable d'aller deux fois plus vite que le Constellation. Le second est américain, le Boeing 707 (1958). Il réduit la durée du voyage New York/Paris à 8 heures. Face à ce nouveau défi, la compagnie française Sud-aviation réagit en produisant dès 1955 le premier avion de ligne à réaction français: la Caravelle qu'utilise par la suite Charles de Gaulle dans ses déplacements officiels. Pourtant, l'industrie aéronautique française ne parvient pas à faire face à l'intensification du transport aérien qui nécessite la réalisation de véritables gros porteurs comparables au Boeing 747 inauguré en 1969 (échec du projet Galion). C'est pour cette raison qu'est créé l'entreprise européenne Airbus sur la base d'un rapprochement franco-allemand en 1970. Les succès de l'Airbus A300 à partir de 1972 poussent la Grande-Bretagne à s'associer au projet dans les années 1970. Cette période a cependant aussi été marquée par d'importants échecs comme celui de l'avion supersonique de fabrication franco-britannique: le Concorde mis en service en 1976 (il mettait New York à 3h30 de Paris mais semblait trop cher). En 2000, la coopération dans l'aéronautique civile s'est doublée d'une coopération dans le secteur militaire en Europe avec la création d'EADS. De nos jours et malgré la sortie de l'Airbus A380 en 2005, l'entreprise européenne doit continuer à se battre pour rester compétitive à l'échelle internationale et résister à la montée en puissance de nouveaux concurrents venus du Sud comme le brésilien Embraer.

Le développement du transport aérien transcontinental dans la seconde moitié du XXème siècle grâce au développement de l'avion à réaction a abouti à une profonde transformation du rapport des sociétés occidentales à l'espace mondial. Générant de véritable réseaux de communication à l'échelle internationale contrôlés par des hubs et nécessitant le développement d'infrastructures aéroportuaires de très grande taille comparables à de petites villes, le transport aérien a mis en contacts fréquents des espaces autrefois fort éloignés. Il a sans aucun doute joué un rôle fondamental dans l'uniformisation du monde que déplorait Claude Lévi-Strauss dans Tristes tropiques dès 1955 et relégué au rang de moyen de transport exotique et désuet le bateau de croisière transatlantique.

C'est un accident de Paquebot en 1912 qui a marqué avec le plus de profondeur les mémoires des hommes du XXème siècle: le Titanic, symbole de la naïveté et de l'orgueil d'une époque qui se voulait insubmersible. C'est un attentat réalisé grâce à des avions de ligne qui a marqué l'entrée dans notre XXIème siècle le 11 septembre 2001: Symbole des limites de l'hyperpuissance américaine?

Voir plus bas une Archive Gaumont Pathé datée de 1976.

Dernière modification Vendredi, 28 Décembre 2012 19:14

JL

Vidéo associée

Login to post comments