Education civique Activités culturelles La peinture en tubes au XIXème siècle (Musée Fournaise mai-octobre 2010)
Lundi, 16 Août 2010 17:07

La peinture en tubes au XIXème siècle (Musée Fournaise mai-octobre 2010)

Rédigé par  Musée Fournaise
Notez cet article
(1 Vote)
Jusqu’à l’invention de la peinture en tube, les peintres ont leurs recettes pour fabriquer leurs couleurs dans l'espace clos de leur atelier. Tout est bon pour en créer : du « sang de dragon », de l’arsenic, des pierres semi-précieuses, des bois de cerf, des seiches, même des excréments de serpents ou des momies réduites en poudre. Mais cela prend du temps, beaucoup de temps…
Au XIXe siècle, une nouvelle profession, celle de marchand de couleurs, assume enfin cette activité laborieuse et propose de nouveaux produits.
C’est ainsi que les peintres passent dorénavant plus de temps devant leur chevalet de campagne munis de leurs nouvelles fournitures qu’à râper des pigments, enfermés dans leur sombre atelier.
A la fin des années 1860, ils sont de plus en plus nombreux à emprunter le train pour peindre en plein air dans les environs de Chatou. Parmi eux, les futurs « Impressionnistes », Monet, Renoir, Pissarro, Sisley, observent les reflets de la Seine qu’ils transcrivent sur leurs toiles en touches chargées de couleurs claires et pures.
Il a souvent été dit que les Impressionnistes avaient quitté leur atelier car ils avaient bénéficié de cette invention sensationnelle qu’est le tube de peinture : 
Mais furent-ils les premiers ? Renoir n’avait pas un an quand le tube de peinture est né, et bien avant lui, les paysagistes peignaient déjà des tableaux à l’huile en pleine nature.
En France, c’est la Maison Lefranc qui reprend le concept du tube en métal souple inventé en 1841 par le peintre américain, John Goffe Rand. Sans brevet déposé en France, ce dernier ne retira pas toute la recette du succès de ce nouvel emballage. La maison Lefranc améliore le principe du bouchon à vis dans les années 1850. Cette famille de marchands de couleurs connait alors l'une des destinées les plus extraordinaires : celle d’industriels révolutionnaires. Grâce à leurs nouveaux laboratoires de chimie modernes, des pigments inédits sont inventés. De nouveaux tubes, de nouvelles couleurs, une nouvelle peinture…
source: http://www.musee-fournaise.com/
Dernière modification Lundi, 16 Août 2010 17:16
Login to post comments